Membre
Membre Trouver un membre

Nouvelle

Mot du directeur général

Le 29 septembre dernier, j'ai eu le rare privilège d'assister, en direct à Québec, au dévoilement du Plan culturel numérique du Québec. Ce faisant, le gouvernement fait la preuve qu'il a saisi l'importance des défis auxquels les créateurs font face, autant sur la scène locale que sur la scène mondiale. Le gouvernement du Québec investira 110 millions pour assurer la transition du milieu culturel vers le numérique. Le premier ministre Philippe Couillard et la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, ont donc dévoilé les grandes lignes de leur plan pour la culture numérique. Ainsi, 100 des 110 millions ont été prévus sur sept ans dans le Plan québécois des infrastructures et les 10 millions restants seront investis sur trois ans.

 

Malgré un contexte budgétaire qui laisse peu de place à ce genre de largesses, le gouvernement veut donc encourager le milieu à s'adapter aux nouvelles technologies en créant des contenus numériques et en les diffusant au Québec et ailleurs dans le monde. Le gouvernement précise que le plan a été développé de concert avec les organismes concernés. La ministre David estime que ce virage numérique permettra au milieu culturel québécois de se développer économiquement, notamment avec cette présence accrue des œuvres culturelles québécoises à l'étranger.

 

« [Le numérique] est un puissant vecteur de transmission de la culture et du patrimoine et il se révèle d'ailleurs un excellent moyen de développer les clientèles pour l'ensemble de l'offre culturelle du Québec », a déclaré Mme David.

 

Les œuvres que vous créez, dans plusieurs secteurs d'activités de l'industrie culturelle, des communications et du spectacle, enrichissent l'offre de la culture québécoise et constituent une constante préoccupation pour la SPACQ. Comme la musique a été le premier secteur culturel à être confronté aux nouvelles technologies, cette initiative répond positivement à notre plus grande inquiétude. Le gouvernement, en collaboration entre autres avec la SPACQ, propose la mise en place d'un chantier sur les droits d'auteur qui devrait aider les ayants droit à encadrer l'usage de vos œuvres dans la production de tous les secteurs culturels, et ce, sur toutes les plates-formes, par l'ensemble des usagers, quels qu'ils soient.

 

Toutefois, n'oublions pas que le relâchement général des principes éthiques qui a vu le jour à la faveur de cette révolution technologique est en très grande partie responsable de l'érosion de notre fabuleux patrimoine. Je dirais même, encore plus que la démocratisation des procédés et de la technologie qui facilitent l'accès aux contenus numériques de toutes sortes. À ce jour, il en résulte la véritable menace de l'expropriation presque totale de toute propriété intellectuelle. L'initiative du Québec tombe à point nommé et répond positivement à cette grande préoccupation des créateurs.

 

Je vous exhorte donc à demeurer aux aguets et, comme je le proclame haut et fort depuis déjà plusieurs années sur toutes les tribunes auxquelles on me donne accès: Mêlez-vous de vos affaires et référez-en à vos Sociétés: la SOCAN, la SODRAC et évidemment, la SPACQ.



  

  Pierre-Daniel Rheault

Directeur général


*Pour écrire au directeur général de la SPACQ: pdrheault@spacq.qc.ca
Retour