Membre
Membre Trouver un membre

Nouvelle

Chronique de la directrice générale:
Consultations, documentaire et célébrations

Et bien, ça se concrétise. L'Honorable Mélanie Joly a débuté ses rencontres pancanadiennes. C'est ce vendredi 28 octobre qu'aura lieu la rencontre générale à Montréal, laquelle sera suivie entre autres d'une rencontre avec des intervenants de l'industrie de la musique le mardi 1er novembre. La SPACQ y a été invitée et sera définitivement présente. Malgré la courte durée de la rencontre, nous aurons l'occasion de faire valoir notre point de vue sur divers sujets, allant de l'appui aux créateurs en respectant le choix des citoyens, la promotion de la créativité du Canada en favorisant une démocratie forte et l'appui des artistes et des créateurs de contenu dans une commercialisation internationale tout en favorisant la croissance de la classe moyenne au Canada.

 

On aura compris qu'avec la complexité des sujets, la multiplicité des participants et la très courte durée de la rencontre, on aura affaire à être clair, précis et to the point. La ministre a déjà dit haut et fort qu'il n'y aurait pas de « taxe Netflix » ou toute autre responsabilité financière similaire pour les compagnies étrangères offrant leurs services ici. Faudra être inventif dans les solutions proposées. Pourtant, il nous semblait évident que le gouvernement, en remodelant sa politique culturelle actuelle, a les moyens de légiférer pour mettre « notre » contenu en valeur et ainsi faire rayonner nos artisans et créateurs. Dans un esprit de proactivité de promotion de sa propre culture, le gouvernement est en mesure de mettre en place des mécanismes de contrôle en imposant des règles fiscales sur les quotas et la composition d'un fonds dédié au soutien à la production de contenus canadiens. Notre contenu doit être visible et accessible et nous avons la possibilité de mettre en place les règles nécessaires afin de pallier au manque actuel. À force de répéter le message, peut-être finirons-nous par avoir une oreille attentive. À quoi sert une identité culturelle forte, si on ne peut la faire connaître  et rayonner à sa juste valeur ?      

 

Dans la même veine, hier avait lieu la diffusion à Télé-Québec du documentaire La musique à tout prix, réalisé par Dominique Laurence, coscénario par Tristan Malavoy et animées par nos membres Louis-Jean Cormier et Ariane Moffatt. Le documentaire fait état de la situation de l'industrie de la musique face au numérique et la multitude de plateformes et de services offerts aux consommateurs. Beaucoup de questionnement et de réflexions. Les solutions sont encore à développer afin que notre écosystème reprenne son élan et suive la marche. Je vous invite à visionner le documentaire afin de mieux cerner les enjeux.

 

Parlant de rayonnement de notre culture, c'est jeudi et dimanche qu'ont lieu les Galas de l'ADISQ et nous désirons souhaiter bonne chance à tous nos membres en nomination. J'aurai certainement l'occasion de croiser certains d'entre vous lors de ces événements. Cependant, nous avons été surpris de noter que la page de vote pour la Chanson de l'année sur le site de Radio-Canada ne contenait même pas les noms des auteurs et compositeurs des chansons. Nous leur avons d'ailleurs demandé de corriger la situation. Force est d'admettre que les batailles ne sont jamais complètement gagnées et qu'il faut continuer à répéter les messages.

 

 

Marie-Josée Dupré

Directrice générale, SPACQ

Retour